venerdì 2 febbraio 2007

Tutti i fondamentalismi si assomigliano

Contrariamente a quanto molti sembrano pensare, il creazionismo non è una triste esclusiva del fondamentalismo cristiano (e, sempre più spesso, dell’integralismo cattolico): anche gli islamisti, per esempio, sono creazionisti, come ci ricorda questo articolo (Marc Mennessier, «Offensive du créationnisme islamique en France», Le Figaro, 2 febbraio 2007):

Depuis une semaine, la plupart des universités, lycées et collèges de France ont reçu un livre luxueux, intitulé L’Atlas de la Création, qui réfute sur 770 pages très richement illustrées le darwinisme et la théorie de l’évolution. Écrit par un certain Harun Yahya (de son vrai nom Adnan Oktar), de nationalité turque, l’ouvrage, directement expédié à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires depuis la Turquie et l’Allemagne, entend dénoncer «l’imposture des évolutionnistes, leurs affirmations trompeuses» et surtout «les liens occultes existant entre le darwinisme et les sanglantes idéologies telles que le fascisme et le communisme».
Selon l’auteur, les théories de Charles Darwin (1809-1882) seraient même «la réelle source du terrorisme». On peut lire par exemple, sous une photo représentant les attentats du 11 Septembre, cette légende stupéfiante: «Ceux qui perpétuent la terreur dans le monde sont en réalité des darwinistes. Le darwinisme est la seule philosophie qui valorise et donc encourage le conflit.»
Très vite alerté, le cabinet du ministre de l’Éducation nationale, Gilles de Robien, a discrètement demandé aux recteurs d’académie de veiller à ce que ce livre, «qui ne correspond pas au contenu des programmes établis par le ministre, ne figure pas dans les centres de documentation et d’information des établissements scolaires».
«Il s’agit d’une nouvelle forme de créationnisme, bien plus insidieuse que celle, d’inspiration chrétienne, qui sévit en Amérique du Nord» explique au Figaro le biologiste Hervé Le Guyader, de la faculté de Jussieu à Paris, qui vient de procéder à la demande de l’Inspection générale de l’Éducation nationale à une analyse détaillée de L’Atlas de la Création.
Harun Yahya ne prétend pas, en effet, que le monde et ce qui l’habite a été créé il y a six mille ans et en sept jours, comme le dit la Genèse. L’auteur, de confession musulmane, admet au contraire que la Terre a bel et bien 4,6 milliards d’années, son âge réel. Il s’appuie d’ailleurs sur les très nombreux fossiles retrouvés depuis deux siècles dans le monde entier pour asséner que «les espèces n’ont jamais changé».
L’auteur présente ainsi, dans le désordre le plus complet, de magnifiques photos de spécimens de poissons, de hyènes, de fourmis, d’étoiles de mer ou encore de feuilles d’arbres, vieux de plusieurs dizaines de millions d’années, qu’il compare à une photo de leur descendant actuel pour bien montrer qu’ils se ressemblent. Et que, donc, «les êtres vivants n’ont pas subi d’évolution, mais furent bien créés»...
«La méthode peut s’avérer redoutablement efficace sur un public non averti, s’inquiète Hervé Le Guyader. Car ces espèces a priori semblables sont en fait très différentes les unes des autres tant sur le plan anatomique que génomique. La plupart seraient incapables de se reproduire entre elles!»
L’auteur, qui cite abondamment le Coran, conclut que «la création est un fait», prouve «l’existence de l’âme» et prophétise «la fin du matérialisme». Reste à savoir qui se cache derrière Harun Yahya et surtout qui a financé l’édition et la distribution massive – et gratuite – de ce livre hors de prix? D’autant qu’il s’agit du premier volume d’une série de sept ouvrages. Autre mystère: comment la maison d’édition s’est-elle procuré les noms des destinataires de l’ouvrage, mentionnés en toutes lettres sur les colis?
Come si vede, la variante del creazionismo spacciata da questo turco misterioso e da chi lo sostiene assomiglia moltissimo a quella dottrina del Disegno Intelligente che molti, anche qui in Italia, vorrebbero smerciare assieme a tutto il pacchetto delle «radici giudaico-cristiane». Si arriva al paradosso che i giornali che tuonano maggiormente contro «l’invasione islamica» e rimpiangono la buonanima dell’Oriana, sono anche gli stessi che ospitano i deliri creazionistici o para-creazionistici dei vari Meotti, Agnoli e Sermonti. Ma il paradosso è forse solo apparente: perché le sparate contro l’islamismo di questi signori hanno tutta l’aria di nascondere soltanto una grande, grande invidia per la teocrazia realizzata...

(Grazie per la segnalazione a Federico Bordonaro.)

3 commenti:

Leilani ha detto...

Mi associo con la tua ultima frase.

«Ceux qui perpétuent la terreur dans le monde sont en réalité des darwinistes. Le darwinisme est la seule philosophie qui valorise et donc encourage le conflit.»

mentre invece guerre sante, crociate, impiccagioni, roghi e lapidazioni perpetrate in nome del loro dio dai monoteisti non incoraggiano il conflitto vero?

Mi manca John Lennon.
"Imagine there's no countries
It isn't hard to do
Nothing to kill or die for
And no religion too
Imagine all the people
Living life in peace..."

Sonnenbarke ha detto...

L'unica cosa che non capisco è perché sarebbe un creazionismo più insidioso di quello cristiano... A me paiono ugualmente insidiosi.

Giuseppe Regalzi ha detto...

Perché si traveste da scienza, come il Disegno Intelligente.